Soyons solidaire pour limiter l'impact de notre pollution numérique

Une pollution d'un tout autre genre : la pollution numérique. Faire fonctionner nos téléphones, nos ordinateurs, les construire, les réparer, stocker nos photos en lignes, nos emails sur des serveurs et dupliquer nos données dans le cloud sur plusieurs serveurs dans le monde... La pollution numérique nous touche tous, et c'est un fait


Soyons solidaire pour limiter l'impact de notre pollution numérique
Soyons solidaire pour limiter l'impact de notre pollution numérique

Une pollution numérique omniprésente en 2021

Créer un micro ordinateur implique 22 kg de produits synthétiques, 240 kg de combustibles énergétiques et 1500 litres d’eau. L’extirpation de ces éléments s’accompagne d’une pollution des écosystèmes, spécialement à travers la dissémination de produits dangereux dans la nature qui provoque une mort de la biodiversité… Les batteries développées ont beaux êtres de plus en plus performantes, elles s’épuisent tout aussi rapidement, car nous utilisons de plus en plus d’applications et de programmes et que ces derniers sont continuellement plus friand en énergie ! Et comme nous changeons fréquemment d’appareil pour demeurer à la pointe du progrès, il se pose un troisième soucis, celui de la conception de résidus dangereux. Que faire de nos anciens équipements électroniques quand ils ne sont plus en service ? Très peu sont recyclés, toutefois, ils portent en eux des composants rares, mais aussi toxiques.


Il existe un autre type de pollution que celle engendrée par la construction des machines : la pollution numérique de part notre usage quotidien du numérique. En effet, notre consommation d’internet en une année est fautive de l’émission de 2 % des gaz à effet de serre, soit autant que les transports aériens mondiaux sur la même période. Notre pollution numérique est liée à notre consommation digitale qui est l’énergie nécessaire à nos échanges de données, ainsi qu’à leur stockage dans d’énormes data centers (parfois de la taille d’un terrain de football). Envoyer 33 e-mails de 1 Mo à deux destinataires par jour produirait 180 kg de CO2 par an, soit l’équivalent de 1 000 km parcourus en voiture. Lorsque l’on sait que 300 milliards d’e-mails sont échangés en 2021 dans le monde et que 80 % des e-mails ne sont jamais ouverts…


Enfin, pour les amateurs de cryptomonnaie, sachez que la production de bitcoin est extrêmement énergivore et qu’une transaction équivaut en moyenne à la consommation en électricité d’un ménage français pendant deux semaines… Les pollutions liées à ces échanges sont principalement dues à l’électricité nécessaire pour produire et gérer tous ces flux. Elon Musk qui a changé d'opinion après avoir accepté de vendre des véhicules Tesla contre des bitcoins, s'est finalement ravisé suite à la contrainte du poids environnemental. (D'ailleurs la construction de batteries 100% électrique pour les véhicules est mauvaise pour l'environnement, car actuellement le recyclage de ses énormes batteries pose un vrai problème...)

Quels gestes au quotidien pour sauver notre planète ?

  • Faites réparer vos appareils, et lorsqu’ils vous lâchent

  • Acheter du matériel d’occasion ou reconditionné

  • Lorsque vous devez envoyer des pièces jointes, préférez un lien de téléchargement

  • Réduisez au maximum les messages inutiles

  • Compressez vos fichiers si vous les envoyez par e-mail.

  • Utilisez un logiciel antispam, et videz régulièrement votre corbeille

  • Désinscrivez-vous des newsletters que vous ne lisez plus

  • Utilisez des moteurs de recherche responsables comme Lilo ou Ecosia pour réduire votre empreinte carbone.

  • Parfois… imprimez ! Cela semble fou, pourtant l’Ademe indique que pour les documents de plus de quatre pages, qui prendraient plus de 15 minutes à lire, il serait préférable de les imprimer (en noir et blanc, recto verso et deux pages par face) plutôt que de les lire devant son écran.

C’est bien beau tout cela... avec notre article qui a pris quelques heures à être écrit avec la consommation de notre PC, et qui sera stocké sur notre serveur Wix. Eh bien, on espère que son empreinte carbone sera compensée par les bonnes actions qu’il vous aura données envie de faire après l’avoir consulté ! Car si le digital pollue, il est aussi une belle opportunité d’éveiller les consciences et de trouver de nouvelles solutions pour accélérer la transition écologique !